La pauvreté et ses conséquences intolérables.

Au sud-est de l’Europe se trouve l’un des pays les plus pauvres du monde, la Moldavie. Non seulement ses habitants sont pauvres, mais l’Etat lui-même ne dispose pas de moyens suffisants pour assumer ses missions, entre autres veiller à la santé de la population.

Les plus jeunes sont les plus durement touchés. En effet, ils paient cette pauvreté de leur vie. Selon les statistiques du ministère de la Santé, un enfant sur neuf atteint de malformation cardiaque congénitale meurt au cours de sa première semaine de vie et la moitié seulement des nouveaux nés touchés survit au-delà de la première année. La mortalité dans ce groupe d’enfants est 21 fois plus élevée que la moyenne nationale et au moins 60 fois plus forte que dans l’Union européenne.

Des parents qui sont déjà dans la misère ont besoin de plusieurs milliers d’euros pour sauver la vie de leurs bébés nés avec une malformation cardiaque. La grande difficulté pour ces familles tient au fait que les enfants doivent souvent être opérés dans les premiers jours suivant la naissance. Ce laps de temps passé, il est trop tard pour réaliser l‘intervention salvatrice. En outre, les hôpitaux du pays ne sont pas équipés pour réaliser ce type de chirurgie délicate. Cela signifie que les parents doivent rassembler l’argent en très peu de temps et surmonter tous les obstacles administratifs pour faire transporter l’enfant à l’étranger dans une clinique compétente.

Petit geste, grand effet.

La fondation Baby’s Heart Foundation a été créée par un groupe de citoyens européens qui ont pris à cœur le sort des bébés de Moldavie nés avec ce type de cardiopathie. Ils s’engagent d’autant plus activement qu’il n’est, dans le fond, pas si compliqué d’aider ces bébés à rester en vie.

Le but et les objectifs de la fondation.

Mener les entretiens indispensables avec les familles concernées pour les informer et leur apporter le soutien psychologique et émotionnel nécessaire.

Mettre en place l’aide médicale d’urgence pour les nouveaux nés à cardiopathie congénitale qui nécessitent une intervention chirurgicale immédiate (malformations essentiellement dépendantes de la persistance du canal artériel (PCA) et devant être opérées dans les 7 jours suivant la naissance).

Notre objectif est de permettre le transport et le traitement chirurgical de ces enfants dans un pays voisin. Pour cela, il est nécessaire de disposer pleinement du service de soins ambulatoires pour enfants créés par la DDC suisse (Direction du Développement et de la Coopération).

C’est pour cette mission que la fondation récolte vos dons.